1. timelightbox:

    Francesca Woodman / Polka Dots, Providence, Rhode Island, 1976. Courtesy George and Betty Woodman

    The Guggenheim Museum is exhibiting a retrospective of the work of photographer Francesca Woodman through June 13th — don’t miss out on this show. Read more about Woodman on LightBox here.

    Francesca Woodman is the first comprehensive survey of the artist’s brief but extraordinary career to be seen in North America. More than thirty years after her death, the moment is ripe for a historical reconsideration of her work and its reception. Woodman’s oeuvre represents a remarkably rich and singular exploration of the human body in space and of the genre of self-portraiture in particular. Her interest in female subjectivity, seriality, Conceptualist practice, and photography’s relationship to both literature and performance are also hallmarks of the heady moment in American photography during which she came of age. This retrospective offers an occasion to examine more closely the maturation and expression of a highly subjective and coherent artistic vision. It also presents an important and timely opportunity to reassess the critical developments that took place in the 1970s in American photography and video.

    Read more here.

     

  2. Extrait de: Maintenant et à l’heure de notre mort, une petite nouvelle sur laquelle je travaille ces jours-ci. 

    [ …  ]

    Ils étaient pas tous mauvais, les types de ma mère, faut pas croire. Quand on habitait Buntiful, il y avait ce mec qui s’appelait Luke et qui vivait chez nous le week-end parce que la semaine il bossait sur des pipelines de pétrole avec son frère et le dimanche il nous faisait des steaks et il m’emmenait voir les gerbilles au supermarché à la sortie de la ville. Il était gentil Luke mais son frère un jour il a dit à ma mère que travailler sur les pipelines et la vie de famille : c’est pas compatible. Tu fais ça pour l’argent, c’est tout.

    Luke est parti un soir, comme ça, et ma mère a dit en pleurant bon débarras l’avait une petite queue, de toute façon. Ensuite il y a eu Rick et puis Martin qui avait un labrador mais on avait pas le droit de jouer avec et puis il y a eu Damian et lui aussi quand il est parti ma mère a sangloté dans la cuisine et dit l’avait une petite queue, Damian.

    Et maintenant, y’a Raymond. Avec sa paire de lunettes fumées, tu pourrais croire qu’il sort tout droit d’une émission de télé sur les pédophiles de Belgique. Mais Raymond l’est pas pédophile tu penses, il a bien trop peur de Dieu.

    J’ai l’impression que cette fois, c’est un peu différent parce que Raymond lui a promis le mariage et un petit bungalow. Et elle, elle y croit vraiment, même si en ce moment par exemple, on dort dans un motel sur la nationale 5 et que demain, ben je sais pas pour demain, mais ce soir j’ai les boules parce que ça fait trois soupers que je mange des chips au vinaigre et que bon, ça va bien merde.

     Raymond est un prêcheur et il embobine ma mère avec des idées saintes. Il lui dit: Jesus vient te sauver Annie, Jesus t’aime, repend toi et purifie toi. L’autre jour, il m’a forcé à réciter le Je Vous Salue Marie, et moi j’arrivais pas bien à me souvenir et Annie elle souriait derrière son bol de chicoré, les coudes sur la nappe en plastique, les joues roses et gonflées par l’orgueil d’avoir enfin un mec qui sait y faire avec les petits cons insolents comme moi.

    C’est pour ton bien, Arnold, qu’elle me disait, tout en me regardant pas. C’est pour ton bien.

    [ …  ]

    Photo de Tierney Gearon, photographe incroyable sur laquelle je vais écrire un post, demain ou dans un an.

     

  3. I love going through photos of abandoned places.   I wonder why they are so poetic, beyond the obvious beauty of nature slowing taking over man-made structures. Probably more than abandon, it’s the feeling of renoncement that moves me.

    J’aime les photos de lieux abandonnés. Il incarnent une forme de poésie  qui va au delà du processus de réappropriation des inventions humaines par la terre. Plus que l’abandon, ce qui m’émeut est l’impression de renoncement et de résignation. 

    The other day, I received a little film of August and his dad on the beach of Zach’s home town where they are currently on vacation. Zach’s caption read beautifully: Birthright beach walk. It was August’s first time by the sea (well, it’s Lake Huron, which is as close to the sea as a lake can be). There is a long tradition of shipwrecks left underwater in the Georgian Bay; there is even an old ship from England that people discovered a few years ago, right under the beach, buried in the sand. They tried to dig it but the ship’s skeleton was crumbling so they resigned themselves to stop digging and  buried the hundreds years old ship back in the beach, just like if nothing happened. Almost to make a statement: wrecks are parts of Bruce Peninsula’s natural landscape, look! You only have to go so far as the water, or the sand. 

    Not surprisingly, there are many sailors in Zach’s father side of the family. My grandfather also came from a family of sailors who lived by the sea, died by the sea. Legend says my great-great grand mother drowned in the Atlantic Ocean in a storm while she was fishing diner in a little boat off the coast of Finistère (the Land’s End). 

    ***

    Here is 50 photos of deserted places or ghost towns: http://blog.jettours.com/lieux-abandonnes/

    * Il est trop tard et j’ai l’esprit dans la brume, je continuerais de traduire ce que je viens d’écrire quand mon ciel sera plus dégagé.

     

  4. (via vicemag)

     


  5. August Llew. 02/05/13

    P5028742P5028751Screen Shot 2013-05-02 at 11.06.43 PMP4178694P5028755P5028769Screen Shot 2013-05-02 at 11.05.01 PMP5028750

    It’s hard not to take photos of him. Childhood is such an easy subject, yet it’s not so easy to really depict its reality. Here is August on “his” window. his little perch above Park Avenue. He is obsessed with thresholds, spacial outsets, doors and physical in-betweens. Do you remember the tree-house in Foucault’s Heterotopia

    Often, he looks through Sally Mann’ “Immediate Family”, a book of photos I love more than any other photo essay I own. I feel I’ve been obsessed with this book for nearly a decade. August looks at every picture, recognize the faces, maybe even some familiar wildness and rawness. Of course, I am no Sally Mann, not even a photographer, barely a mother, but I hope I am, at last, an honest observer of his childhood.

     


  6. À propos des lueurs.

    P2028660

    It’s been almost 6 months I haven’t posted anything here. Winter in the North - maybe you know what I mean. I am also working on a website where I’ll share radio pieces I’ve recorded, sketchbooks, and perhaps some short stories I wrote.

    In the mid-time, I’ll try to feed this blog with close-ups and ideas and everyday lightness. nothing fancy, i am afraid, but i like it better this way.

    P2028661

    Here are 3 photos that I love. They were taken by my son, a couple of months ago, when he was about 20 months old. He adores my camera so I let him play with it sometimes, only to find, much later, little gems like these shots of our living room paper lantern. His photos are often blurry but they translate a world’s view that is totally foreign to me. Shots from his perspective make me see the house in a complete new scale. They help me grasp the immense proportions of things for a 2 years old. It’s good to be reminded this way, through lenses, I mean.

    I think I’ll try to post regular photos taken by him, like a little serie or something. 

    P1018616

     

  7. I was at Expozine most of the week end, sharing a table with these two very talented artists and friends. I was there for my zine, Hunting horns, ou Cors de chasse en français, a bilingual, poetic, screenprinted little book about objects and loss. I had a lot of fun meeting people, the crowd was huge and I even sold out on the zines I brought with me for this event. 

    Thanks for coming to Expozine, thanks to the ones who bought my zine. 

    Hunting Horns is a very personal and handmade little thing. When I crafted it, my son was 5 or 6 month old and I had been staying at home with him since he was born. Leaving the house, leaving him, even just for a few hours to screenprint and write was both liberating and one of the hardest thing I ever done. Especially because the zine is about my own father and asks the question of absence, as a parent. 

    Around 5 pm on Sunday, I finally had sold enough copies (including 2 for zine-librariesin Toronto!) to be able to walk around Expozine and buy awesome prints and zines and other unique creations. The whole experience was super inspiring and tonight, all I want to do is drawing and drawing and drawing. 

    See you next year, Expozine! 

     


  8. This land is your land

        ” Tous les soirs, après avoir fermé les rideaux des deux mains, elle lavait sa robe bleue-de-mer dans l’évier, sous un filet d’eau gelée. Tous les matins, elle l’enfilait à nouveau, incapable de porter un autre vêtement. Elle restait ainsi, assise dans la robe bleue-de-mer, assise au bord du lit face à la fenêtre. Son regard allait de la fenêtre au téléphone argenté à cadran manuel, puis du téléphone à la bible posée sur la table de chevet. Le soleil embrassait son front et ses épaules, la vitre était ouverte, et les rideaux – deux voiles blancs – se gonflaient comme une main qui tentait d’agripper quelque chose, ou bien qui tentaient de l’agripper elle, à l’intérieur de la chambre.

         Une autre nuit, Norma s’était redressée en sueur, les vêtements mouillés comme si elle était restée pendant des heures sous la pluie. Elle ne se souvenait pas d’être allée sous la pluie, mais à ce point-ci de l’histoire elle n’était plus sure de rien, et moi non plus je n’étais plus sur de rien. Dans la pièce sombre, elle avait vu un homme, habillé de noir, les cheveux noirs et la bouche noire. Il était assis sur une chaise avec une guitare, il lui avait parlé tendrement. Elle connaissait sa voix et son nom par coeur, mais cet homme là était mort depuis longtemps. – Papa ? avait-elle demandé tout bas. 

    Il avait croisé les bras sur le manche de sa guitare, un sourire embarrassé.

    - Non, Johnny. Johnny Cash”.


     


  9. bath time, sunday morning

    P8078353

    P8078275

    P8078322

    P8078297

     


  10. Interlude

    C’est une chambre de motel, au bord d’une route qui n’a pas de nom ; Une route qui n’a plus de nom ; Une route qui a volé le nom d’une autre. C’est une route qui porte le nom d’un pont, d’une bataille – ou alors un nom de chien ? –  Si tu veux, un nom de chien. C’est un motel rose sacripant, qui fait irruption entre les cloques et les boursouflures de la route sans nom, sans pont. À la fois, tu t’en étonnes – Tiens, regarde là, c’est un motel –  et pourtant, tu le dépasses à toute allure, la vitre baissée, un coude dehors et la clope tournée vers les trop nombreux décolletés de la plaine. Trop de femmes ici, trop de femmes sans noms,dis-tu, tandis que le motel s’éloigne dans le rétroviseur.

    Ceci est une route, ceci est un motel. Avec des chambres trop nombreuses, avec des murs en béton trop courts. Avec des murs roses et rugueux, comme ton coude, à la fenêtre de la voiture. Dehors, la plaine. Dedans – Qu’est-ce que tu vois ? Hein, qu’est-ce que tu vois dans le rétroviseur ?

        - Je crois que c’est une femme, tu réponds, elle ferme les rideaux.  

                                               Screen Shot 2012-08-28 at 1.29.08 PM

                                                                       

     


  11. Nouvelles légères

          Il est 23h, dimanche soir, une chaleur moite et un orage qui vient de tirer son dernier coup de tonnerre. La maison est silencieuse, je suis affalée sur un grand lit blanc et je travaille sur une traduction. Sur la table, un pain de maïs encore tout chaud et un peu de miel de lavande…

    La vie est jolie ces derniers temps, à Montréal - Un petit d’homme qui grandit et qui m’enchante de plus en plus, une canicule grisante, des projets d’avenir et des paris sur l’Ailleurs; Des noms de villes et de pays qui défilent devant moi, comme des nuages dont je dois deviner les formes: Louisiane, Japon, Italie. Ça fait du bien de se projeter, de rêver grand. Ça faisait trop longtemps.

    Pour les photos, aujourd’hui je vais faire dans l’August. Juste parceque, et voilà. 

    P8048055P7298053P7147989P7158015 P7147977P7147981P8048058

    L’avant dernière photo représente la table de la salle à manger reconvertie en “table d’hôpital” pour une nouvelle sur laquelle je travaille… parfois, lorsque je n’arrive plus à écrire, que l’histoire ne tient plus debout, je découpe le corps entier du texte en petits segments. Puis je fais “abracadabra”, et j’essaye de recoller les bouts dans un ordre différent. En fait, c’est un peu comme de démonter sa mobylette le dimanche, pour en comprendre le fonctionnement et la structure. Il faut aller voir ce qu’elle a dans le ventre, l’animale! 

    Pour ce qui est des autres photos, pas besoin d’explications: August qui chante avec le micro-brosse-à-cheveux, August à la piscine, August apprend à dessiner et s’en fout partout, August apprend à manger et s’en fout partout, and so on and so on… 

     

  12. Sans doute le film le plus excitant de la dernière sélection cannoise: des animaux préhistoriques, le deep south, l’enfance et la mort mêlées, le spectre d’un ouragan-monstre. <Soupir>

    MISE À JOUR: Vu ce film lundi dernier -  mon instinct ne m’avait pas trahit. J’ai pleuré dès les premières minutes tellement c’était fucking fucking beau. Probablement le meilleur long métrage vu ces 5 dernières années. Je sais que je ne suis pas tout à fait impartiale : beaucoup des sujets abordés m’émeuvent par dessus tout, sont devenus des obsessions, des paysages intérieurs (comme cités plus haut: Les créatures mythologiques au carrefour de l’enfance et de la Louisiane, la mort du père, l’eau qui gronde, le courage des femmes et des filles, la poésie, la poésie, et la poésie).